Cosmétiques bio & naturels

3-10-2018 | Sélection du mois

En 2005, deux affaires médiatiques sur les substances potentiellement toxiques présentes dans les cosmétiques conventionnels contribuent à faire naître le marché des cosmétiques bio et naturels. Depuis, ce marché n’a pas connu l’essor annoncé. Pour autant, porté par la confirmation des nouveaux comportements de consommation, son potentiel de développement est intact et fortement prometteur.

Un petit marché prêt à exploser

Avec 480 millions de chiffre d’affaires, le marché des cosmétiques bio et naturels demeure un segment de niche dont le potentiel de développement très prometteur est porté par le désir des Français de mieux consommer.

Une progression en dents de scie

Le segment des cosmétiques bio et naturels représente 4,3 % du marché global des cosmétiques en France. Multiplié par six en un peu plus d’une dizaine d’années, il a connu une progression en dents de scie. Cette évolution résulte à la fois de l’inquiétude croissante des consommateurs vis-à-vis de la sécurité des cosmétiques conventionnels et d’une offre qui a tardé à être en adéquation avec leurs attentes (prix, labels ou encore efficacité et sensorialité des produits). Troisième dans le monde derrière les Etats-Unis et l’Allemagne, le marché français dispose d’un fort potentiel de développement tiré par des modes de consommation en pleine transformation.

La consommation se transforme et fait naître de nouvelles opportunités

La baisse significative des volumes d’achat des produits du quotidien observée depuis 2015 a pu laisser craindre l’arrivée d’un épisode de déconsommation inédit dans le développement des économies de marché occidentales. Pourtant, après deux années d’observation, les cabinets d’expert, à l’image de Kantar, s’accordent à dire que les Français ne consomment pas moins, comme en témoigne la hausse de la dépense moyenne, mais qu’ils consomment différemment. Respect de l’environnement, bien-être, préservation de sa santé et de celle de sa famille, ou encore crainte des produits nocifs : en 2017,
le consommateur a évolué, il est plus que jamais en quête de sens et de réassurance.

Les produits locaux, bio et naturels s’imposent comme des réponses évidentes face à ces nouveaux comportements. D’autant plus que la nouvelle génération de consommateurs apporte elle aussi son lot d’exigences. Mais encore faut-il que l’offre soit en adéquation avec la demande pour répondre aux besoins des consommateurs, qu’ils soient adeptes ou néophytes. Et surtout pour conquérir de nouveaux clients qui ne sont pas encore convaincus par le bio et le naturel.